La paix de Picquigny

                   EDOUARD IV                                                                                                                                 LOUIS XI

Edouard4 1Louis xi 2

 

               Le 29 aôut 1475, le roi de France LOUIS XI et son homologue anglais EDOUARD IV conviennent à Picquigny d'une trève qui met fin à 135 années de conflit entre la France et l'Angleterre dans une guerre qu'on appellera la guerre de 100 ans.

 

Histoire du traité de paix

               Depuis 1453, les hostilités entre la France et l'Angleterre s'étaient calmées après la bataille de Castillon qui fut une victoire française, elle permit de prendre Bordeaux et de récupérer l'Aquitaine ( les souverains alors étaient CHARLES VII pour la France et HENRI VI pour l'Angleterre).

 

Nous sommes en 1475, le 6 juillet le nouveau roi d'Angleterre EDOUARD IV et son armée débarquent à Calais avec l'intention de reconquérir les domaines et provinces perdus dont l'Aquitaine .Charle le temeraire 1

Il espère que son allié CHARLES le Duc de Bourgogne (le Téméraire) se joindra à lui suivant leurs accords, mais celui-ci est "englué" en Lorraine réprimant une révolte .

De son côté, LOUIS XI ne voulant pas faire face à deux adversaires s'empresse de proposer une trêve et une alliance à EDOUARD IV. Les termes de l'accord sont discutés et le lieu d'une entrevue est convenu. Le choix se porte sur la Somme et la ville de Picquigny, lieu sécurisant pour les deux parties, la Somme séparant 2 armées, et Picquigny avec son pont qui sera barré en son milieu par une forte grille.

L'entrevue s'est déroulée le 29 aôut 1475 par un temps pluvieux à 4 heures après diné (16 h).

LOUIS venant d'Amiens arrive par la rive sud, avec 60 000 hommes qui campent dans un champ au-dessus de la ville. EDOUARD arrive de La Chaussée, les 30 000 hommes qui l'accompagnent  séjournent au dessus de La Chaussée.

Le roi de France s'avance sur le pont vêtu comme à son habitude d'un costume hétéroclite. Philippe de Commynes Seigneur d'Argenton porte le même habit. Le roi est accompagné par le Duc de Bourbon et son frère Charles, l'Archevêque de Lyon, l'Amiral, le Maréchal Lohéac, le Seigneur de Torcy maître des arbalétriers, les Seigneurs de St Pierre et du Bouchage, Tanneguy du Chastel, l'Evêque d'Evreux et le Maire d'Amiens.

EDOUARD, fort bel homme, est vêtu d'une toque de velours noir orné d'une fleur de Lys en pierreries, d'un habit de drap d'or doublé de satin rouge. Tout comme LOUIS, EDOUARD est accompagné de 12 personnes, parmi lesquelles son frère Georges, le Duc de Clarence, le Comte de Northumberland, les Seigneurs de Hastings et de Howard, le Chancelier Thomas Rotherham.

EDOUARD approchant du milieu du pont se découvre et s'agenouille à demi, LOUIS lui rend son salut, les deux s'approchent, LOUIS passe ses bras à travers la barrière et étreint chaleureusement EDOUARD qui accomplit ensuite une seconde révérence.

LOUIS prend la parole:  Mon Seigneur et mon cousin, vous soyez le très bien venu. Il n'y a homme au monde que je désirasse tant à voir que vous. Et loué soit Dieu  de qui nous sommes ici assemblés à cette bonne intention.

EDOUARD répond en assez bon français. Le Chancelier d'Angleterre apporte les pièces du traité. Les 2 souverains mettent une main sur un livre de prières et l'autre sur un reliquaire contenant un fragment de la vraie croix, ils jurent d'observer scrupuleusement leurs accords.

S'ensuit une conversation générale d'une demi-heure environ au cours de laquelle LOUIS a la parole bien à son entendement. Ensuite LOUIS demande à sa suite de se retirer afin de s'entretenir seul avec le roi d'Angleterre, la suite d'EDOUARD se retire également. LOUIS souhaite s'entretenir d'un secret traité d'amitié avec son interlocuteur.

Le soir même à Amiens le roi de France reçut à souper quelques uns des Seigneurs les plus influents d'Angleterre dont Richard le 2ème frère d'EDOUARD qui était opposé à la paix et auquel il fit de somptueux cadeaux.

 

Voici résumés les termes du traité:

   - une trêve de sept ans est conclue

   - le roi d'Angleterre se retire de France avec son armée, et renonce à son alliance avec le Duc de Bourgogne

   - la France paiera 75 000 écus d'or et versera une pension annuelle de 50 000 écus d'or à l'Angleterre

   - les rois décident du mariage du Dauphin Charles avec la fille d'EDOUARD,  Elisabeth

   - les souverains anglais renoncent à la couronne de France

 

De ce jour, l'Angleterre ne garde en France que le port de Calais.

 

 

Source : Mémoires de Philipe de Commines

Memoires

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×