L'agriculture à Picquigny vers 1890

Réalisée par Monsieur BRUSSELLE instituteur à Picquigny dans les années 1890, cette notice donne un aperçu de l'agriculture dans notre village à la fin du 19ème siècle.

Le labourage

Agr anc 1

Agr anc 2

Analyse :

Nous constatons une surface de jardins importante, à cette époque chaque foyer avait son jardin et cultivait ses légumes .

Les bois ne représentent que 71 ha alors qu'actuellement il y en a bien le double.

Les terres négligées, prés de 100 ha. Ce sont en grande partie les terres crayeuses du plateau ne rapportant pas beaucoup. Elles étaient plus ou moins délaissées , devenant des pâturages à moutons, d'où l'importance de ce cheptel.

La production de froment (blé) cultivé sur une petite centaine d'ha, devait donner de 150 à 200 tonnes destinées principalement aux moulins pour la farine. Le méteil est un mélange de blé et de seigle destiné à l'alimentation humaine et animale. L'orge n'apparait pas dans la liste alors qu'elle était cultivée ,on l'appelait aussi pamelle destinée à  l'alimentation animale et utilisée pour la brasserie.  Beaucoup d'avoine également pour l'alimentation animale, surtout pour les chevaux.

Une multitude de petites parcelles, 2663 ! et 861 propriétaires !  Malgré que Picquigny n'est pas un pays de culture, il y a 35 cultivateurs.

Les zones humides de la vallée étaient parfaitement exploitées, le marais était drainé, il y avait beaucoup de parcelles en jardins, vergers, prés, dans ce terreau riche car toujours humide. La tourbe était aussi exploitée.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×