La forge et le maréchal-ferrant

 

Une forge

     Un endroit très important et indispensable dans un village c'était bien la forge. Antan toutes pièces métalliques étaient fabriquées à la forge.Chaque village avait sa forge et son forgeron maréchal-ferrant. A Picquigny il y avait certainement plusieurs forges et les maréchaux-ferrants ne manquaient pas de travail quand on pense que le cheptel chevalin se montait à plusieurs dizaines de têtes et que les chevaux de labeur devaient passer au ferrage quasiment une fois par mois.

Le forgeron fabriquait, réparait les outils quels qu'ils soient, ils cerclaient également les roues des charrettes.

Avec la motorisation et la mécanisation les forgerons sont devenus peu à peu des mécaniciens. La forge a été remplacée par des postes à souder électriques ou électrogènes, du matériel plus sophistiqué a été fabriqué, et puis, il fallait réparer les nouvelles machines agricoles.

Après guerre à Picquigny  c'est Mr Gaston Sanselme qui tenait ce poste, il a bien vite abandonné le ferrage des chevaux (il fallait aller à Fourdrinoy ou à La Chaussée pour cela) pour se consacrer à la réparation et à la construction de matériel agricole.

Mr Sanselme a construit pour mon père une des premières remorques à pneus, semi-portée, basculante avec vérin hydraulique ( on développait le vérin à l'aide d'une pompe que l'on actionnait à la main ) . Le tracteur de l'époque, un Bolinder-Munktell de 22 chevaux. (voir dans "matériel ancien")

A La Chaussée Tirancourt le forgeron maréchal-ferrant était Mr Eugène Lanchon.

A Fourdrinoy c'était Mr Franqueville.

Marechal ferrant

Vers les années 1960 Les forges ont été progressivement abandonnées.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×