Le dépôt de betteraves à sucre

                         C'est sur la droite au niveau de la péniche que se situait le dépôt, à l'endroit de l'ancienne scierie Pauchet

                                                                      ( la photo n'est pas de l'époque du dépôt )Chem du alage aval

 

Dans l'après guerre de 39-45, et jusque dans les années 1960, un espace avait été aménagé en plate forme pour servir de dépôt de betteraves. Il se situait le long du canal en aval des écluses.

Comme équipement : un petit baraquement qui servait de bureau, un pont bascule pour peser les livraisons de betteraves, et une grue pendant la saison.

Ce dépôt appartenait à la sucrerie d'Abbeville ( usine Béghin ). Les cultivateurs du secteur de Picquigny et environs apportaient leurs betteraves sucrières sur ce lieu de dépôt.

Les betteraves étaient ensuite chargées à l'aide d'une grosse grue dans des péniches qui cargaison pleine descendaient la Somme jusqu'à Abbeville. Déchargées les betteraves étaient transportées à la sucrerie pour être transformées en sucre.

Les betteraves étaient acheminées des champs au dépôt à l'aide de chariots ou de tombereaux tirés par des chevaux. Quelques tracteurs pétaradants et fumants tiraient des remorques qui bien souvent ne basculaient pas. Le déchargement se faisait alors manuellement à l'aide de fourches à betteraves.

Comme personnel il y avait l'agent de la sucrerie qu'on appelait je crois " le basculeu ", quelques personnes pour aider aux déchargements, quelqu'un prélevait un échantillon de betteraves , une ou deux femmes les grattaient et les nettoyaient cela permettait d'établir la tare d'impuretés à chaque livraison . Ces échantillons servaient ensuite à déterminer en laboratoire le taux en sucre.

                                                              °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La maison blanche existe toujours, elle fut le logement du garde-champêtre de l'époque, Gaétan Boutillier.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 28/09/2015