Gestion de l'eau par les anciens

Les mares , les fossés , l’eau jadis

          Autrefois  l’eau était précieuse , elle n’était pas gaspillée . L'eau de ruissellemet alimentait des mares , c’était le cas dans les villages qui n’avaient pas de rivière , et aussi à Picquigny sur le plateau . Dans la ville on a fait des puits pour les habitants, pour les animaux il y avait les abreuvoirs le long de la Somme .

          Les vieux ne gaspillaient pas, c’était dans leur culture . Chez mes grands-parents, la toilette du matin était faite à l’eau de pluie récupérée dans des récipients sous les gouttières . Plus tard, même avec l’eau au robinet, ils ne tiraient pas plus que le nécessaire, et nous les jeunes quand nous nous lavions les mains sous le robinet, on venait nous le fermer si ça durait un peu .

          Je reviens aux abords de Picquigny , l’eau de ruissellement le long des routes et chemins était piégée, retenue par des saignées dont certaines pouvaient récupérer au moins quelques milliers de litres . Je me souviens que certaines gardaient l’eau un bon bout de temps , à tel point que nous enfants, allions y capturer des petits animaux aquatiques, grenouilles et têtards .

          Dans les champs j’ai répertorié quelques fossés qui dans les temps anciens récupéraient l’eau des versants . Ces fossés aujourd’hui disparus , dont il ne subsiste que les traces (la couleur des récoltes à certaines époques) ,alimentaient des mares dont certaines assez conséquentes . Je vois une grande mare,Vallée de la Mare (d’où son nom ), une au bas du Chemin des Postes, une au quatre chemins des Vaux Jean ( la Marette ), une chemin d’Airaines ( face à la D D E actuelle ) , etc. .

          Il existait deux fossés qui partaient à peu prés du même secteur dans le bois de Neuilly , l’un vers la route d’Airaines , l’autre vers la Vallée de la Mare .Ces fossés sont encore visibles dans le bois ,ou ils n’ont pas été érodés .

          L’eau des mares servait certainement à arroser des cultures , mais elle était surtout destinée à abreuver les animaux . Une grande partie de la population était paysanne jadis, beaucoup d’animaux travaillaient ou étaient parqués dans les champs , chevaux, vaches , quelques troupeaux de moutons, des chèvres ,des ânes ou autres mules et baudets .

 

          Il est vrai qu à notre époque on utilise à outrance les ressources naturelles , indispensables à la vie , comme l’eau ; je crois qu'a son égard il faudra bien un jour repratiquer une certaine gestion .

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×