Les 14 juillet de mon enfance

 

 Souvenirs , souvenirs

 

 

 

 

 

 

          La fête nationale commençait comme toujours le 13 Juillet par la retraite aux flambeaux à la nuit tombée. Le cortège était constitué ainsi : les pompiers entête, avec les flambeaux portés par ceux placés sur les cotés , venaient les enfants munis de lampions , la population suivait, le tout en musique claironnante et entraînante de la « clique » (la musique ) de l’époque dirigée par Mr Blondel , et le cortège parcourait les rues du village .

        Le feu d’artifice était tiré du château à l’endroit qu’on appelait «  l’enfer » ( muraille nord qui domine le pays ) . La soirée se terminait par le traditionnel bal populaire place de la gare, il s’est pratiqué aussi dans la cour de la Mairie ou dans le fossé de la ville . La buvette était tenue par les bonnes volontés féminines du pays comme Denise Hustache, Louise Pousset, etc.

          Le 14 Juillet après midi se déroulaient les jeux pour les enfants et aussi pour les adultes . Ils étaient organisés en plusieurs endroits du village, ainsi tous les cafés travaillaient ( il y en avait pratiquement dans toutes les rues ), la musique accompagnant partout les festivités .

          Je me souviens entre autres, des courses aux sacs , aux cerceaux , des objets à attraper avec la bouche enduits de confiture ou dans une bassine de farine, ou pendus au bout d’une corde ! Sans les mains !

          Il y avait aussi le mat de cocagne, enduit de savon vert , qu’il fallait grimper pour aller décrocher des lots ( ce jeu était placé prés du café des voyageurs à la gare ) .

          Rue de St Pierre, prés du café « Le bon coin « se pratiquait le jeu du baquet, trés spectaculaire, la charrette entraînée par au moins deux personnes qui la faisait passer à vive allure sous un baquet plein d’eau suspendu en balance entre deux poteaux .Sur la charrette un candidat siégeait et il devait passer une perche à travers un trou sous le baquet , quand le trou était raté le baquet déséquilibré versait son plein d’eau sur le maladroit qui se trouvait trempé, devant une foule hilare .

          Le "clou " de l'après midi était la traditionnelle course aux canards qui se déroulait entre les écluses . Elle consistait à attraper des canards sauvages lâchés dans la Somme que les participants capturaient à la nage, inutile de dire qu’il fallait être bon nageur , surtout que certains volatiles effectuaient des sous-l’eau spectaculaires .                                                           C'était le locataire de la grande hutte qui était tenu de fournir les canards pour le jeu.  Autre souvenir, avant le commencement du jeu Jean Marie Koenig se tenait debout sur le parapet du pont, il effectuait alors un spectaculaire plongeon dans le canal.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (2)

DALLET Daniel
  • 1. DALLET Daniel | 06/07/2016
J'ai connu moi aussi la chasse aux canards dans l'écluse. C'était un bel amusement.

Je me souviens aussi de la course de canoë-kayak près de l'écluse.

Je dispose de quelques photos de cet événement. Je pourrais vous les faire parvenir si vous le désirez.

Cordialement.

DALLET.
DALLET Daniel
  • 2. DALLET Daniel | 06/07/2016
J'ai également le souvenir de cette chasse aux canards dans l'écluse.
c'était spectaculaire.

j'ai un autre souvenir : la course de canoé-kayak sur la Somme et près de l'écluse.
si cela vous intéresse, je dispose de quelques photos des concurrents en pleine action.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 12/09/2015