Un poilu de 14-18

pin-drapeau-francais.jpg

  

     

 

      Je savais peu de choses sur mon grand père (le père de ma mère ) mort à la guerre de 14-18 ; seulement quelques souvenirs que ma grand mère m’a transmis .

J’ai cherché le lieu de sa sépulture, je voulais connaître son parcours,

alors, "en piochant",  avec l’histoire du Régiment, avec quelques documents et photos de famille, je crois avoir approché au plus prés la courte vie d’un homme décédé il y a plus de 100 ans , mon aïeul .

                    J. P. Delory                                                                                                 

 

   

                                                          

 

        LEROY Jacques Philippe né le 19 avril 1886 à Cerisy-Gailly, Somme

                                   Domicile : rue des chanoines à Picquigny

                                   Matricule 01051/1158 - classe 1906 - recrutement Amiens

                                   2ème classe - 72ème Régiment d’Infanterie - 6ème Compagnie

                                   Tué à l’ennemi le 25 février 1915 à Mesnil les hurlus, Marne

               Inscrit sur :   le livre d’Or

                                   le monument aux morts

                                   la plaque commémorative à l’église

               Citation au Régiment : « S’est couvert de gloire dans les attaques du Mesnil  »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

                                                             Biographie de Jacques  LEROY

 

 

 

                                                                    A  sa  mémoire

 

 

         " Je vous dis au revoir , mais je crois que je ne vous reverrai pas ! " ,  c'est ce qu'il déclara à sa famille en repartant au front

 

.                                                 Histoire d’un «  poilu » de Picquigny

 

         Jacques LEROY , soldat de la Grande Guerre , mobilisé en 1914 comme tant d’autres

a quitté son village, laissant sa famille , son travail , ses amis , pour ne plus revenir .

        Originaire de Cerisy-Gailly , petite commune du Santerre ,il est né d’une mère célibataire . Sa vie d’écolier et d’adolescent n’est pas connue , mais il a reçu une bonne instuction, ses lettres de militaire à sa famille en atteste.

        Toujours est-il qu’on le retrouve à Fourdrinoy avant ses 20 ans , certainement ayant trouvé là un travail de journalier .

        Il fait la connaissance d’une jeune fille, Gabrielle Dufrénoy, qu’il épouse le 17 Novembre 1910 . Jacques vient juste de terminer en Septembre son service militaire qu’il a effectué à Compiégne au 5ème Régiment de Dragons, 2ème Escadron de Cavalerie, obtenant le certificat de bonne conduite.

                                       
 En 1911 le couple s’installe à Picquigny , dans une petite maison de la rue de la vigne . Jacques a trouvé un travail à la scierie Pauchet qui est installée sur le bord du canal ; les grumes arrivent par péniche et le déchargement est manuel , mais Jacques est un solide gaillard . ( curieuse coincidence , son petit fils , Jacques Leroy également , travaillera comme menuisier des années 50 aux années 70 dans cet établissement devenu la menuiserie Rambure ) .

Trois enfants naissent , Germaine en 1911 , habitera toujours à Picquigny , sera une figure locale puisqu’elle tiendra un café pendant une bonne quarantaine d’années : le café des voyageurs ,chez Germaine , le P M U actuel .

Georges né en 1913 , ancien combattant 39-45 , prisonnier de guerre pendant 5 ans , fera une carrière dans la police .

Marie Louise ma mère ,née en Mai 1915 , ne connaîtra pas son père , mort au front 2 mois auparavant ; elle sera cultivatrice à Picquigny .

 

                                                                            La guerre

                , le 72 ème R. I.

 

En 1914 , la guerre éclate avec l’Allemagne , Jacques a 28 ans ; mobilisation générale , il rejoint le 72 ème R. I. , régiment Picard à Amiens , caserne Friand .

Le régiment est commandé par le Colonel Toulorge , la 6 ème Compagnie dont fait partie Jacques est commandée par le Capitaine Didier ,les chefs de sections sont les Sous-Lieutenant Petit , Fillol , et Minvielle .

Le régiment part le 5 Aout 1914,   le Colonel Toulorge lance ! : " 72ème !..pour la France !.. en avant ! "

direction la Belgique , livre bataille les 22 , 23 , 24 à Virton , puis à Cesse  il est obligé de battre en retraite devant la puissance Allemande .

En Septembre 14 , la 5ème et la 6ème Cie défendent Pargny sur Saule ; bataille est livrée à s-14-18.jpg

Le Buisson sur saule dans des combats très violents .

Bataille à Servo ,

Le 72 ème se positionne en forêt d’Argonne , au bois de la gruerie :

De septembre à Octobre, il repousse les attaques dans le secteur du Four de Paris

Du 2 au 11 Novembre , bataille à St Hubert ( le 3 , la 6ème Cie reprend les tranchées de St Hubert et Four )

Entre le 24 et le 29 Novembre , échec des Allemands face au 72ème R. I. dans le secteur de Fontaine aux charmes

Le régiment est mis au repos le 15 Janvier

                  Février 1915 , la Champagne

En Février , Mars le 72ème R. I. prend part à la grande offensive en Champagne , combats de Tahure , Souains , Navarin , Mesnil les Hurlus .

Le 22 Février au nord de Mesnil les Hurlus , sous un feu terrible de mitrailleuses et d’artillerie le régiment monte à l’assaut plusieurs fois , le sol est jonché de morts et de blessés

L' attaque des tranchées dans le secteur du bois jaune brûlé est terrible, le Capitaine de Changy tué, les Capitaines Daniault et Brenet blessés, les Lieutenant ou S/Lieut. Ramade, Roimarmier, deSaxée, Faussillion, Dautel, Regnault tués ou blessés .

le 23 le 3ème Bataillon prend pied dans la partie méridionale du bois

Le 24 nouvelles attaques., nouveaux progrès

 Le 25 nouvelle progression sous un déluge de feu , Jacques Leroy est tué au combat devant l’ennemi . Son corps n’est pas identifiable , il sera donc inhumé avec des milliers d’autres  dans un ossuaire .

Il se trouve dans la nécropole Nationale «  Le Pont du Marson » , prés de Minaucourt les Hurlus .

 

                    Décorations : Croix de Guerre , Médaille Militaire , Médaille Interalliée de la Victoire

 

Une vie s’est arrêtée à 29 ans , laissant sa femme et ses trois enfants qui ont vécu dans son souvenir entretenu dignement par son épouse , ma grand mère

Je suis heureux d’avoir rassemblé ces éléments , ces bribes de vie , reconstitué son parcours ,afin de perpétuer son souvenir et d’honorer sa mémoire

Je participe chaque année aux commémorations du 11 Novembre et du 8 Mai , et c’est toujours avec une certaine émotion que je regarde ce nom gravé dans la pierre au milieu de dizaines d’autres de son village , le visage de ce jeune homme , mon grand père , m’apparaît , et il me semble lire dans ce regard droit et loyal toute la tristesse d’une vie écourtée .

 

 

 

 

 

 

                                cliquer sur  2  :  photos de Jacques

 

 

 

 

 

     Photos du service militaire de Jacques au 2ème Escadron de Cavalerie à Compiègne

 

 

 jeune troufion, Jacques est à gauche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                     3ème à partir de la roite

                                                                                                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               au milieu, cigarette à la main

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                              Dragon  Jacques  Leroy

 

                                                    cliquer sur  3  :  famille de Jacques

 

 

                           Sa  famille 

 

           Gabrielle l'épouse de Jacques, ma grand mère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                            les enfants : Germaine, Georges, Marie Louise ma mère

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                             Jacques à la scierie ( à droite )

 

 

la scieri le long du canalScierie en aval

 

 

 

 

A  la  Nécropole  Nationale  Le  Pont  du  Marson

 

Hommage  à  notre  grand père

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires (5)

Lamont Loic
  • 1. Lamont Loic | 02/06/2013
Bonjour je suis Loic, le fils de pierre et Claude lamont nous somme en famille avec jean Claude leroy, Annie et Catherine, et nous avons trouvez se blog exelent, riche en information, un très bon travaille de recherche, et les photos de classe on fait revenir beaucoup de souvenir.
zanetti  andre
  • 2. zanetti andre | 23/10/2012
Le récit de la courte vie de votre aïeul et Poilu,m'a intéressé ,nous sommes au travers des mots dans la guerre .Je pense souvent comme vous a mon grand père et comme vous il m'apparait, Merci .
caron
  • 3. caron | 17/10/2012
merci , pour ce moment en compagnie de votre grand père !!!
Frédéric
ALAIN BELGUISE
  • 4. ALAIN BELGUISE | 30/10/2010
Bonjour Jean Pierre

C'est bien fait ton site que je viens de découvrir aujourd'hui, j'ai beaucoup apprécié la biographie du poilu, cela m'a rappellé mon grand pére.
A bientot
ALAIN
daumalle
  • 5. daumalle | 24/01/2010
Je ne sais si les 2 personnes ont un lien ,mais ma grand-mère : Georgette Célina Valentine DUPONT épouse DAUMALLE a vécu en 1922 à Picquigny chez une Mme LEROY rue des Chanoines. Ma grand mère était aussi veuve de guerre elle avait un fils : Raymond né en 1914.
Si vous aviez des renseignements à ce sujet, ce serait formidable.
Cordialement
Yves Daumalle

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 26/09/2018